10 juin 2007

Effroi

Printemps, jour ardent,La toile tremble au ventEffroi de l'ombre
Posté par jean bond à 19:34 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

09 novembre 2006

Nuit étoilée

Immobiles, figées dans la rideau céleste,Elles restent imperturbables, insensibles au babillage. Sont-elles froides, d'un appétit nouveau.Non, la modernité, l'actualité du concept ne les concerne pas.L'esprit du temps est hors d'elles, en-soi et certainement pour-soi. Point d'égoïsme, leur trajectoire est indéfinie.Le temps ne rompra pas l'Histoire car il n'en est pas.L'humanité proto-centrique n'est qu'accident.
Posté par jean bond à 21:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
07 novembre 2006

Ombre au tableau

Vois-tu le corps de ce rapace ?Vas, fuis, prends le large.Il t'observe, te jauge, te condamne. Crois-tu t'en sortir si simplement ?Redoutable examen de conscience.Tu n'en as jamais eu ?Aller, je te convie à plus de sens commun.Comment ? Tu ris. Tu hausses les coxas.N'est pas prédateur qui veut ?
Posté par jean bond à 20:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 novembre 2006

Naissance

Te voilà accompagnée ?Finie la vie solitaire ?Dire que la surprise me prend n'est pas se méprendre. Toi, la carnassière.Toi, la cannibale ? Te voilà éprise de la vie. Ma brave dame, il n'y a plus de saison.
Posté par jean bond à 19:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 novembre 2006

Timide

Je suis là,Près de toi. Le vent frais s'engouffre par le vasistas.Le linge frissonne, flageole, étonne. Ma main cherche le leurre.Elle prétend être la proie,Celle que tu affectionnes. Pourquoi ne viens-tu pas ?Moi qui t'attendais,Moi qui te souhaitais. Mais que fais-tu ?Tu pars ? Tu te caches ?Je ne te vois plus. Hélas.
Posté par jean bond à 22:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 octobre 2006

En-cas

Noire de silence.Parfums inaccessibles,Rougeur comestible,Froide innocence... IMPACT!frisson Agonie.
Posté par jean bond à 22:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 octobre 2006

Ménage

Les tâches ménagères sont parfois une absolue nécessité. Prenez par exemple, un nid douillet, construit avec soin. La déco peut passer. Oui, enfin, la mode de la décoration peut ne plus être au goût du jour. Pas le choix, on éradique, on ventile.  Bref on fait de l'air. Nettoyage de printemps ou d'automne, le but est le même : se sentir bien chez soi. Et puis je te comprends, il n'est plus temps pour la dentelle. Ta maison, c'est aussi, ton outil de travail.
Posté par jean bond à 23:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 octobre 2006

At night

At night, your garment fits your soul.Your mood sparkles of dark.Who'll see Klotho's mark?No hope to be your fool. The Ninth has yielded your turn.Sisters are steping next to sides.Threads entangle spears of shines. No moaner on Fate should mourn.
Posté par jean bond à 23:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 octobre 2006

Grâce

Déréliction, abandon... Prière ! Ô joie.
Posté par jean bond à 14:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 octobre 2006

Blue words

My thoughts are all overwhelmed by a frightening blow. My soul is thrown down into a sea of fear. What is this pale light in your eyes? What is this vanishing spirit of mine? My world belongs to a deep time. Shall I flee? The doors of escape are closed. Your love is a nest of predicaments. Your desire is not made of lust or sensuality. Your desire is forged in a firm material, surely sharp and cold. Your desire is hunger.
Posté par jean bond à 22:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]