06 décembre 2006

Révolutionnaire

Souvent tu restes là, silencieuse.L'éternité te semble acquise.Alors je t'imite, immobile, accrochée au mur.Le temps passe et des images s'imposent :Le guet, l'attente, l'inattention du moucheron.La capture d'une proie, ses soubresauts. Ta solitude se fait mienne et je crois te comprendre.Je me trompe. Tu restes inaccessible.Et ta pensée improbable m'obsède. Que ferais-tu si tu savais ? Comment serait ton monde si cette irrépressible enviede tuer t'était évidemment préjudiciable ?
Posté par jean bond à 23:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

05 novembre 2006

Antre

Ton monde est jonché de cadavres.Mues indécentes ou reliquats de somptueux repas,Je ne me sens pas de te juger. Le mien est le reflet de faux-semblant.Certes peu de cannibalisme, à quelques exceptions pathologiques.Un érotisme feutré, de bon ton. Mais si la forme varie,L'envers est troublant."Je te mange ou tu me mangeras", dis-tu ?
Posté par jean bond à 20:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 octobre 2006

Promenade

Pas-à-pas, tu ondules. Sur le bout des doigts, tu glisses. A la force des cuisses, tu te hisses. Inquiet, je recule. Assailli d'un doute, je me presse Pris de panique, seule, je te laisse.
Posté par jean bond à 23:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 octobre 2006

Dîner romantique

J'ai repris mes esprits doucement, J'ai senti ta présence. Tu ne pouvais pas avoir lâchement abandonné. Et puis... Et puis, il y a mieux que le devoir : le désir. Oui, le désir. Ou plutôt, l'envie. Je te savais intéressée. Tu connais ma générosité ? Je crois que tu ne t'y es pas trompée.
Posté par jean bond à 01:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 octobre 2006

Où vas-tu ?

Lasse de mes errements, aujourd'hui je t'ai vue partir. Par quel chemin ? Par quelle traverse ? Je t'ai cherchée dans la cave. Je t'ai poursuivie jusqu'au grenier. Mais tu n'y étais pas. Las, je me suis assis sur l'établi. Je t'y ai attendue un peu, longtemps, trop longtemps... Mais tu n'es pas venue. Alors je me suis assoupi.
Posté par jean bond à 12:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 octobre 2006

Immaculée

J'ai failli te manquer. Tu étais là et je ne savais pas te voir. Tu m'attendais et j'étais inattentif. Tu me désirais et je l'ignorais. Je suis venu à toi. Presque par hasard. Certes, tu as un peu aidé la chance.
Posté par jean bond à 23:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 octobre 2006

Obsidiane

Tu deviens discrète. Avec le temps, l'habitude venant, Ta démarche de chatte pourtant me surprend. Séduit assurément, je m'arrête. Ces perles noires, tes yeux, reflètent ma stupeur.
Posté par jean bond à 01:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 septembre 2006

Réflexion

Narcissique, tu te mires. Dans le bleu, qu'y vois-tu ? Ton reflet, ô ma douce ? La Maligne reste à distance. Ses jambes fuselées ne sont pas lisses ! Mais quel délice.
Posté par jean bond à 22:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]